Musique : Arthur SULLIVAN
Paroles : Henry Fothergill CHORLEY (1868)

TTBB a capella.
Composé en 1868.

Arthur Sullivan (1842-1900) a composé une vingtaine de chansons harmonisées telles que The Long Day Closes mais il est beaucoup plus célèbre pour sa collaboration avec W. S. Gilbert.

Le duo Gilbert and Sullivan est devenu mythique dans la culture anglaise et américaine avec ses opérettes H.M.S. Pinafore ("For He is an Englishman" : https://www.youtube.com/watch?v=-kiLApX8FbQ), The Pirates of Penzance, The Mikado, The Gondoliers.
L'équivalent français serait Jacques Offenbach.

No star is o'er the lake,
Its pale watch keeping,
The moon is half awake,
Through gray mist creeping,
The last red leaves fall round
The porch of roses,
The clock hath ceased to sound,
The long day closes.

Sit by the silent hearth
In calm endeavour,
To count the sounds of mirth,
Now dumb for ever.
Heed not how hope believes
And fate disposes:
Shadow is round the eaves,
The long day closes.

The lighted windows dim
Are fading slowly.
The fire that was so trim
Now quivers lowly.
Go to the dreamless bed
Where grief reposes;
Thy book of toil is read,
The long day closes.

Traduction de Polyandre :
Nulle étoile au dessus du lac.
Montant sa pâle garde,
La Lune est à moitié éveillée ;
A travers les bancs de brume grise,
Les dernières feuilles rougies tombent
Alentour de la pergola de roses ;
L'horloge s'est tue,
La longue journée se termine.

Assieds-toi près du foyer silencieux,
Dans la calme occupation
De compter les bruits de la gaité
Maintenant tus à jamais.
Ne prête pas attention à comment l'espoir croit
Et comment le destin décide :
L'ombre entoure l'avant-toit,
La longue journée se termine.

Les fenêtres faiblement éclairées
S'estompent peu à peu.
La silhouette du feu qui était si ferme
Maintenant tremble lentement.
Va vers le lit sans rêves
Où le chagrin repose,
Le livre de tes labeurs est lu,
La longue journée se termine.

Jean-Louis 27 septembre 2017